Actualité

3 questions à Guillaume Février : « L’agro-écologie est au cœur de l’environnement »

La nuit de l’agro-écologie se tiendra dans toutes les régions de France le 23 juin. Les citoyens peuvent venir à la rencontre d’agriculteurs engagés, afin de découvrir les pratiques agro-écologiques. Un rassemblement initié par Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. Guillaume Février est responsable du CPIE (Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement). Cette association de la loi 1901 se situe à Belle-Île-en-mer, dans le Morbihan (56). Le CPIE cherche à éduquer la population sur des thèmes tels que l’eau, les déchets, l’énergie et l’écohabitat. Cette structure accompagne les agriculteurs pour la valorisation de leur production et la sensibilisation des citoyens. D’après M. Février, associer agriculture et environnement est évident. C’est pourquoi il organise la nuit de l’agro-écologie à Belle-Île-en-mer.

 

Dans un monde où agriculture et environnement ne vont pas toujours de pair, pourquoi avez-vous décidé de participer et d’organiser la nuit de l’agro-écologie à Belle-Île-en-mer ?

Le CPIE cherche à sensibiliser le public à l’alimentation et l’agriculture. L’environnement est étroitement lié à ces sujets. La population doit en prendre conscience. Dans notre région, beaucoup d’individus s’inscrivent dans l’agro-écologie. Nous désirons leur donner la parole. Ainsi, une randonnée nocturne est organisée sur la commune de Locmaria pour la nuit de l’agro-écologie. Nous profiterons des symboles que représentent la friche ou le champ de prairie, afin d’évoquer les pratiques agricoles écologiques. Avec la mobilisation de plusieurs agriculteurs sur ce parcours original, les thématiques de la qualité de l’eau et des paysages seront abordées.  Ces acteurs témoigneront de leur participation à l’agro-écologie en faveur de l’environnement.

 

Pouvez-vous expliquer votre démarche pour l’environnement sur ce territoire ?

Il existe différents systèmes agro-écologiques à Belle-Île-en-Mer. La population comprend de mieux en mieux ce qu’ils impliquent. Notre objectif est de valoriser la production. La relocaliser, afin d’avoir un impact carbone moindre. Beaucoup d’agriculteurs limitent les labours. Ils possèdent des cultures permanentes  et laissent ainsi les compositions végétales se développer. Nous respectons les sols, la biodiversité et l’environnement. L’agro-écologie possède également un aspect social. L’association « Au coin des producteurs » située à Mérezelle, dans le Morbihan, a été fondée pour la vente directe de produits agricoles collectifs. Ce projet montre les liens créés entre les agriculteurs. Dans l’agro-écologie, l’individualisme n’existe pas. Ces acteurs mettent leurs moyens en commun et promeuvent la production locale à Belle-Île-en-Mer.  

 

Que souhaitez-vous apporter avec le débat entre les autres producteurs et citoyens qui seront présents ?

Nous cherchons une réconciliation entre l’agriculture et l’environnement. Du moins, s’il existe réellement une opposition. Nous désirons également tisser un lien plus résistant entre le producteur et le citoyen. Ces acteurs doivent être en accord et comprendre les attentes et les spécificités de chacun. Les consommateurs demandent souvent plus de rapidité pour la production. Mais cela est parfois impossible. Aussi, convaincre d’autres agriculteurs est primordial. Prouver que l’agro-écologie ne se fait pas au détriment de leurs économies. Belle-Île-en-Mer est un territoire spécifique auquel il faut s’adapter. S’accommoder à son terroir et à ses sols peu profonds est possible. L’agro-écologie est au cœur de l’environnement. 

 

Plus d’infos :

http://www.belle-ile-nature.org/

http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=0ahUKEwiNk6L5w5XNAhVMF8AKHTNMAToQFggkMAA&url=http%3A%2F%2Fwww.belle-ile.com%2Ffaire%2Fshopping%2F138594-au-coin-des-producteurs&usg=AFQjCNFsCnePyNZxDGfuxbWjID9QuMilLA

http://www.cpie.fr/