Actualité

« Du plaisir dans l'assiette »

Entretien avec André Lagrange, président d’Initiative Bio Bretagne (IBB), et responsable d’une entreprise de charcuterie 100% Bio depuis 1984.

Où en est-on des 20% d'aliments bio en restauration collective, recommandation du Grenelle de l'environnement prévue d'abord pour 2014 puis repoussée à 2017 ?

Si on parle de moyenne nationale, on n'est pas encore aux 20%, loin de là... Certaines collectivités ont toutefois bien progressé. Pour d’autres, on en est encore loin. Et le contexte économique n’est pas favorable. Tout se mêle : élections, économie… Mais au lendemain de cette période électorale, la donne va changer. C’est à nous de proposer une offre adaptée aux cantines en marche vers une démarche de « manger mieux », de valoriser les expériences qui réussissent sur les territoires, de convaincre de franchir le pas. Les parents d’élèves et les élus ont également un rôle à jouer dans cette évolution.

C'est d'ailleurs la démarche que vous mettez en place auprès des collectivités dans le cadre de la charte régionale bretonne « Il fait bio dans mon assiette » ?

Clairement. On veut accompagner les collectivités dans cette démarche globale, en faveur notamment de l'alimentation bio. Mais on doit y aller pas à pas, en intégrant les spécificités locales. Si les parents d’élèves demandent par exemple un approvisionnement en circuit court -dès lors que cela est possible- et de saison, il n'y a plus de frein compte-tenu de la grande diversité de production sur les territoires. En complément de la gamme effectivement disponible à un niveau très local, d’autres types de fournisseurs peuvent intervenir car la filière Bio bretonne est bien représentée dans tous les secteurs d’activités (production, transformation, distribution) et dans toutes les filières (légumes, viandes, produits laitiers, œufs…). Le rôle d’Initiative Bio Bretagne est d’apporter des solutions concrètes pour l'ensemble des usagers de la restauration collective, dans le respect des principes et de valeurs de la Bio que nous avons justement inscrit dans la charte « Il fait Bio dans mon assiette ».

Comment impliquer davantage les enfants dans cette dynamique du manger mieux, à la fois pour limiter le gaspillage alimentaire mais surtout pour leur offrir de la qualité dans l'assiette ?

Il y a des périodes où les enfants sont plus réceptifs à l’alimentation. A l’adolescence par exemple, ce n'est pas simple. Je pense qu'il faut agir au plus tôt en faveur d'une véritable éducation culinaire, pour que les enfants trouvent du plaisir dans l'assiette. Je ne veux pas qu'ils voient les produits bio comme une contrainte de plus ou comme des produits « tristes » ou « bizarres » ! D’ailleurs, les professionnels Bio bretons ont beaucoup travaillé sur leurs recettes. Aujourd’hui, Bio rime avec plaisir gustatif ! On est loin des clichés des années 70. Bien évidemment, ces évolutions ont été réalisées en lien direct avec la santé des jeunes et de la planète… En tout état de cause, on peut arriver à faire des repas diversifiés à prix abordable en restauration collective. On a des expériences qui le prouvent : Lorient, Plérin, Saint-Avé, St Grégoire… Aux autres de suivre la voie ! Nous sommes là pour les y accompagner.

Plus d'infos

www.interbiobretagne.asso.fr