Message d'erreur

Notice : Undefined index: show_values dans commerce_pricing_attributes_field_attach_form() (ligne 1038 dans /var/www/vhosts/bretagne-durable.info/mag/sites/all/modules/commerce_pricing_attributes/commerce_pricing_attributes.module).

Magazine

Bretagne Durable - n°10 - hiver 2014

3,50 €

Sommaire: 

  • Échos d'ici et d'ailleurs

  • CAHIER SPECIAL MUNICIPALES : Quelle place pour le développement durable ?

  • Un temps avec.........Rob Hopkins, « Transition : une vision positive de l'avenir »

  • Dossier : A QUAND UNE BRETAGNE AUTONOME EN ENERGIE ?

  • Vagabondages..........De la vache au steack, les circuits-courts fonctionnent !

  • Initiatives.............Locminé se lance dans la transition ; Un jeu pour défendre la Zad ; Une moule au secours des cours d'eau

  • Portrait de militant : Morgane Créach, « Remettre l'écologie au cœur du débat politique »

  • Société............... Quelle justice environnementale ?

  • En pratique.............Nos bons plans conso anti-crise !

  • À faire cette saison .....À table - Au jardin - Au foyer

  • Carnet de balade : Au pays de l'or blanc

  • Lumières..........Lutter en Bretagne : se réinventer continuellement ? Les ressources halieutiques de plus en plus rare ?

  • Éco-Club............ Rubrique d'expression citoyenne

  • Arts & Culture

  • Sur la toile

  • Sortons !

  • Carnet d’adresses

Édito: 

Bretagne en transition

Transiter oui, mais vers où ? Si tous les politiques, la société civile par la voie des associations, et le monde professionnel s’accordent sur la nécessaire transition énergétique de la Bretagne –qui produit 8% de l’énergie qu’elle consomme et importe massivement du nucléaire…- tous ne sont pas unanimes sur les chemins de la transition à mettre en œuvre. Ni sur l’échelle de temps à envisager. Pourtant, le changement climatique en marche, comme le souligne le Giec dans son dernier rapport paru cet automne, n’a que faire de ces tergiversations, à l’image des discussions atones qui ont eu lieu lors du dernier sommet sur le climat à Varsovie, dont les ONG déçues des maigres avancées, se sont retirées du processus de négociation à la veille de la fin des discussions.
Sans attendre un salut venu d’ailleurs, de nombreuses entreprises, collectivités, associations, tentent à leur échelle de mettre en route ce lent processus de la transition en Bretagne. Comme à Locminé, où l’on s’apprête à produire dès 2014 un biogaz à partir des déchets des usines agroalimentaires locales. Car la transition va inéluctablement impacter ce secteur poids lourds de l’industrie bretonne. Notre reportage au cœur d’un abattoir finistérien montre également une voie transitoire à mettre en œuvre rapidement pour transformer ce secteur pourvoyeur d’emplois. Les solutions sont sous nos yeux, reste la volonté politique. Les municipales seront-elles alors l’occasion d’innover pour un « pacte d'avenir » cohérent ?

Actualités

Emission Tébéo "Transition énergétique"

Initié par le ministère de l’Écologie, le débat national sur la transition énergétique s'est achevé cet automne. L'objectif fixé par le président Hollande : réduire de moitié la part de l'énergie nucléaire d'ici 2025. Pour y arriver, la France doit relever un triple défi. Réduire sa consommation d'énergie, développer ses énergies renouvelables et renforcer son approvisionnement. Autant de points qui se déclinent à l'échelle régionale, notamment dans le Pacte électrique breton signé en 2010. En Bretagne, où les énergies renouvelables pourraient être davantage développées, le « chemin de la transition » reste à écrire.
Retrouvez en vidéo l'émission réalisée sur la transition énergétique en partenariat avec la chaine Tébéo.

 

 

Transition énergétique par BD_info

Accompagner la rénovation énergétique des bâtiments : Entretien avec Loïc Rolland directeur régional Bretagne de la Caisse des Dépôts

Le groupe Caisse des Dépôts s’est fixé pour objectif d’être l’un des acteurs de la transition énergétique et écologique. La rénovation énergétique des logements constitue un axe important des interventions qu’il déploie en la matière. Entretien avec Loïc Rolland, directeur régional Bretagne de la Caisse des Dépôts.

 

  • Pourquoi le groupe Caisse des Dépôts intervient-il dans le domaine de la rénovation énergétique ?

La Caisse des Dépôts et ses filiales constituent un groupe public au service des territoires et du développement économique du pays. A ce titre, il soutient depuis longtemps l’effort national en matière d’offre de logement. La Caisse des Dépôts finance ainsi la construction de logements sociaux grâce à des prêts alimentés par l’épargne que les Français déposent sur le livret A. Et plusieurs de ses filiales ont pour activité la construction ou la rénovation de logements du parc privé.

De plus, la Caisse des Dépôts intervient en sa qualité de co-investisseur dans le portage d’immeubles d’activité nécessaires au développement économique des territoires (immobilier de bureaux, ateliers, ensembles commerciaux…). Elle vise la revente de ses bâtiments à un horizon de 6 à 9 ans en fonction de la maturité du projet qu’elle a accompagné sur le plan immobilier. Elle est donc attentive à ce que ces immeubles puissent revenir sur le marché dans les meilleures conditions, et fait de l’amélioration de leur « valeur verte » un élément important de sa stratégie de gestion patrimoniale.

Au-delà de l’évolution de son propre parc immobilier, la Caisse des Dépôts est à l’écoute des organismes HLM et des collectivités locales qui désirent faire évoluer leur patrimoine afin de le rendre plus écologique et moins consommateur d’énergie.

Enfin, le groupe Caisse des Dépôts est consulté par le gouvernement ou de grandes collectivités locales pour les aider à mettre en place des modes de financements innovants en matière de rénovation énergétique des logements privés.

 

  • Quels sont les dispositifs que le groupe Caisse des Dépôts met en œuvre ?

Il peut intervenir de plusieurs manières : en proposant des prêts aux acteurs de la rénovation énergétique, en leur apportant l’ingénierie technique, juridique ou financière nécessaire à la réalisation de leurs projets, ou encore en investissant à leurs côtés.

 

  • Quelles sont les particularités des prêts que propose la Caisse des Dépôts ?

Ces prêts sont réservés aux opérateurs HLM ainsi qu’aux collectivités locales et à leurs opérateurs. Ils se distinguent des autres financements bancaires par leur taux bonifié ou leur durée particulièrement longue.

Pour les opérateurs HLM, la Caisse des Dépôts a mis en place l'Eco-Prêt Logement Social Réhabilitation qui permet de financer les opérations de réhabilitation thermique des logements sociaux. Son taux est indexé sur celui du livret A1 avec une bonification variable selon la durée du prêt. La bonification est ainsi de 0,50% pour les prêts sur 15 ans, ce qui permet aux opérateurs HLM de disposer à l’heure actuelle de prêts avec un taux d’intérêt de seulement 0,75 %.

A titre d’illustration, la Caisse des Dépôts a prêté 4,6 millions d’euros à Brest Métropole Habitat pour la réhabilitation thermique de 11 immeubles du quartier de Pen Ar Creac’h à Brest. Brest Métropole Habitat s’est donné pour objectif d’atteindre le niveau bâtiment basse consommation afin de permettre aux locataires des 358 logements concernés de réaliser une économie de près de 65 %. Le prêt d’une durée de 15 ans accordé par la Caisse des Dépôts constitue près des deux tiers du budget total nécessaire à cette opération.

Pour les acteurs publics locaux, la Caisse des Dépôts a mis en place pour la période 2013-2017 une enveloppe de prêts de 20 milliards d’euros pour financer sur le long terme les projets structurants du secteur public local. La Caisse des Dépôts peut ainsi prêter à 2,25% sur des durées de 20 à 40 ans aux collectivités locales et à leurs opérateurs à la recherche de financements longs pour la rénovation énergétique de leurs bâtiments.

 

  • Quelle expertise le groupe Caisse des Dépôts peut-il apporter aux propriétaires désireux de se lancer dans la rénovation énergétique de leur patrimoine ?

Parce que les projets de rénovation énergétique diffèrent suivant la nature des propriétaires (public ou privé) et leurs besoins d’accompagnement (assistance à maîtrise d’ouvrage, tiers financement, tiers investissement), le groupe Caisse des Dépôts a structuré son offre d’ingénierie entre plusieurs filiales :

. Exterimmo déploie une expertise technique, juridique et financière très en amont pour mieux identifier les opportunités de développement d’un patrimoine public performant ;

. Egis assiste les maîtres d’ouvrage publics et privés dans la conduite de leurs travaux ;

. la SCET accompagne les sociétés d’économie mixte dans la mise en place d’offres de tiers financement ;

. CDC Climat est missionnée par le gouvernement pour proposer des solutions innovantes en matière de financement de la rénovation énergétique des logements privés.

 

  • Comment la Caisse des Dépôts investit-elle dans la rénovation énergétique des bâtiments ?

Au titre de son activité d’investisseur d’intérêt général, la Caisse des Dépôts prend part à la construction ou à la rénovation énergétique de bâtiments d’activité (bureaux, ateliers industriels, commerces), d’EHPAD ou de locaux d’hébergement pour le tourisme social.

En outre, elle participe au capital de sociétés d’économie mixte qui souhaitent développer des offres de tiers financement dans le cadre de la rénovation des logements privés. En Bretagne, la Caisse des Dépôts est ainsi présente au capital de la SEMPI à laquelle Brest Métropole Océane a confié la mission de proposer des solutions de tiers financement pour la rénovation énergétique des copropriétés de l’agglomération brestoise.

Enfin, sa filiale Exterimmo peut accompagner les collectivités locales et leurs opérateurs qui le souhaitent jusqu’à la mise en place de solutions de tiers investissement. Ces partenariats permettent de financer en partie les travaux de rénovation énergétique par les économies futures en énergie.

1 - dont le taux actuel est de 1,25 % depuis le 1er août 2013.

 

Locminé se lance dans la transition

Un an après la mise au point d’un réseau de chaleur alimenté en bois, la commune de Locminé se lance dans la
méthanisation. Objectif : produire son propre biogaz afin de le transformer en électricité ou en biocarburant. Retrouvez l'article en intégralité dans notre magazine papier. Et écoutez l'entretien vidéo avec le maire de Locminé, Grégoire Super.

Plus vidéo

 

Eco Territoriales: Grégoire SUPER (Locminé) par BD_info

"Les premiers restaurants « AB » de France"

A Cap Malo, 2 restaurants bio ouvrent leurs portes. Déjà présents en centre-ville, la grange Bistrot de nos terroirs et la maison en pierre pour Ker Soazig, deux enseignes imaginées par Philippe Le Duff, se dupliquent à la périphérie rennaise. Le premier valorise les plats mijotés de nos grands-mères, et fait appel à plus de 70 % d'ingrédients bio. L'autre, 100 % bio, fait un focus sur le terroir breton. Ces 2 restaurants utilisent des produits prioritairement locaux , de saison, issus de la ferme familiale, à quelques km. « Les recettes ont été inspirées par ma grand-mère, Soazig Kersauson, fermière du Léon et nos grands-mères françaises en général. Elles sont revisitées par de grands chefs et signent notre engagement qualitatif », souligne le fondateur. Une démarche globale puisque les deux bâtiments ont été conçus selon les principes de l'éco-construction (basse consommation, matériaux écologiques..).

Ecoutez l'interview avec Philippe Le Duff

 

De la viande au steak !

La crise sociale en Bretagne n’en finit plus d’alimenter l’actualité. L’industrie agroalimentaire bretonne est en souffrance, les salariés de Gad, Doux, Marine Harvest et Tilly-Sabco en témoignent douloureusement. La filière bovine, quant à elle, va de
vache folle en lasagnes au cheval. Avec une conséquence, positive : le consommateur français privilégie désormais la viande d’origine nationale. Reportage au Faou (29) dans un abattoir qui travaille avec le réseau Bretagne viande Bio (BVB).

Ecoutez l'entretien avec Elisa Brulé de Bretagne viande bio : https://soundcloud.com/bdinfo/de-la-vache-au-steack-1