Actualité

« Le projet de Bure est terrifiant »

« Sur le plan éthique, le projet de Bure est terrifiant ». Corinne Lepage, ancienne ministre de l'environnement et présidente du parti LRC-Cap 21, ne mâche pas ses mots pour parler du centre d'enfouissement de déchets radioactifs situé à 500 m de profondeur, entre les départements de la Meuse et de la Haute-Marne. En conférence à Joinville (52) le 20 janvier dernier pour présenter son dernier ouvrage, L’État nucléaire, la militante écologiste a également déclaré que « enfouir ces déchets est une responsabilité qu'une génération ne peut prendre ».

De l'expérimentation au stockage industriel

Créé en 1994, le site de Bure était à l'origine dédié à l'expérimentation sur le stockage de déchets radioactifs en couche géologique profonde. Mais l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) a été chargée par la loi de programme du 28 juin 2006 de concevoir et d'y implanter un centre de stockage pour ces déchets appelé Cigéo (Centre industriel de stockage géologique). Il est alors prévu que le site devienne un lieu d'enfouissement pour les déchets de haute et de moyenne activité à vie longue (les déchets les plus radioactifs et dont la durée de vie est la plus importante) dès 2025. Le débat public qui s'est déroulé en 2013 a cristallisé de nombreuses tensions et interrogations sur différents thèmes : financement du projet, imperméabilité du site à long terme ?... Pour le réseau Sortir du nucléaire, commencer à enfouir « cest laisser la possibilité à l’industrie de persister ». Le volume de déchets qu'il est prévu de stocker à Cigéo est estimé à 80 000m3 par l'Andra.

Pour aller plus loin, retrouver notre dossier sur les coûts du nucléaire et la transition énergétique dans le dernier numéro de Bretagne Durable.