Actualité

La Cop21 financée grâce au greenwashing ?

Renault, EDF, ou encore Air France et BNP Paribas... Plusieurs grandes entreprises ou groupes français participent au financement de l’organisation de la Conférence sur le climat des Nations Unies de Paris (COP21) à la fin de l’année. Des partenariats « incompatibles » avec les enjeux de l’événement pour plusieurs ONG et militants écologistes.

196 délégations et plus de 40 000 participants sont attendus à Paris lors de la COP21 (Conférence des Nations Unies sur le changement climatique), du 30 novembre au 11 décembre 2015. Une « réception » qu’il faut bien financer. Le gouvernement dispose d’une enveloppe de 165 millions d’euros pour organiser l’événement et, rigueur budgétaire et loi de Finance obligent – pas un cent de plus. Or, le coût total de la manifestation est évalué à 187 millions d’euros.

Une conférence « sponsorisée » par Ikéa

Pour financer les 20 % restants, le gouvernement a eu la bonne idée de faire appel à des sponsors. Laurent Fabius a déjà révélé le nom des vingt premiers partenaires privés de la COP21. Parmi eux, on trouve des sociétés d’assurance (Axa, Generali...), des banques (BMP-Paribas, Caisse des dépôts) et de grands groupes comme les Galeries Lafayette ou Ikéa. Il n’en fallait pas plus pour faire crier les ONG au greenwashing. D’autant que plusieurs sponsors sont de grandes entreprises du secteur de l’énergie comme EDF, ERDF et Engie. Mais aussi des sociétés du secteur de l’automobile (Renault Nissan) et des transports (Air France, La Poste). On a connu plus « vert »...

Des entreprises « climato-incompatibles »

Le 27 mai dernier, plusieurs associations (Attac, 35.org, Corporate Europe Observatory, Les Amis de la Terre, WECF) ont réagi a cette annonce en publiant un communiqué commun. La liste des mécènes de la COP21 « comprend des multinationales françaises qui ne sont pas compatibles avec le climat », ont indiqué ces organisations. Pascoe Sabido, représentant du Corporate Europe Observatory, assure qu’on ne peut pas « négocier un accord sur le climat avec ceux qui sont responsables du changement climatique ». D’aucuns soulignent l’incohérence de voir figurer EDF sur la liste des partenaires. « Quand on contribue au développement du nucléaire, on est dans le crime intergénérationnel ultime », tempête Jean-Paul Jaud, réalisateur du film Libres ! « Si EDF enclenche un vrai processus de désengagement nucléaire, il pourrait être associé à l’événement. Mais ça n’est pas le cas aujourd’hui. »

Plus d’infos :

www.amisdelaterre.org/Non-Les-sponsors-prives-de-la.html