Actualité

« Impliquer les jeunes » Entretien avec Hélène Kurz, à la direction adjointe prévention et promotion de la santé de l'ARS Bretagne.

En quoi l'ARS participe-t-elle à promouvoir l'éducation nutritionnelle des jeunes, en faveur d'une alimentation saine?

L’ARS Bretagne a la volonté de décliner le plan national nutrition santé (PNNS) à l'échelle des territoires Bretons. Lancé en 2001, le PNNS est un plan de santé publique visant à améliorer l’état de santé de la population, en agissant sur l’un de ses déterminants majeurs : la nutrition. Pour le PNNS, la nutrition s’entend comme l’équilibre entre les apports liés à l’alimentation et les dépenses occasionnées par l’activité physique. Son objectif : proposer des recommandations fiables et scientifiquement validées, pour aider la population et les professionnels du secteur à décrypter les informations parfois contradictoires que l’on entend tous les jours sur la nutrition.

A travers les financements que vous mettez en œuvre, quelles actions concrètes soutenez-vous sur les territoires Bretons ?

En finançant des opérateurs de terrain, nous cherchons à renforcer l'éducation nutritionnelle des jeunes . Pour les classes primaires par exemple, nous soutenons des actions sous forme de petits déjeuners pédagogiques, d’ateliers d’éveil sensoriel... Nous soutenons ainsi l'association « Défi santé nutrition », qui intervient dans les écoles de Brest pour la réalisation d'ateliers sur l’équilibre alimentaire en CP. L’accès à l'alimentation de qualité est en effet un axe majeur.
Autre illustration avec le projet « Plaisir à la cantine », porté par la Direction régionale de l'agriculture et la forêt (DRAF) et l'ARS. Il s'agit d’accompagner des établissements scolaires pour la valorisation des temps de repas au sein de l’établissement. Des modules de formation sont proposés à la fois aux cuisiniers, aux gestionnaires, aux conseillers d’éducation, aux infirmières scolaires... L'idée : le cuisinier n'est plus le seul à impulser une dynamique. Ce programme nécessite l’implication de l'ensemble des acteurs dans le cadre du projet d’établissement. La première session a eu lieu fin 2013 dans 10 collèges et lycées des Côtes d'Armor et du Finistère.

S'agit-il également d'impliquer les collégiens ?

Tout à fait. Il est important que les jeunes participent eux-aussi. Dans le cas de l'opération « Plaisir à la cantine », ils participent notamment à la réalisation d'un repas, en mettant « la main à la pâte ». L'objectif est d'impliquer les jeunes, invités à respecter le travail des cuisiniers qui font le repas.

Le lien nutrition / activité physique est un levier essentiel de votre action ?

Depuis 2012, nous sommes engagés avec l'association « Passerelle info ». Cette structure a mis en place l'outil « manger bouger pour ma santé », un programme que nous finançons. Il s'agit de former et accompagner des enseignants pour développer l’éducation nutritionnelle liée à l'activité physique. Pour mieux permettre aux jeunes d'aborder le lien entre activité physique et besoins nutritionnels, les séances proposées aident les élèves à construire par eux-mêmes et à mémoriser les messages de prévention, dans une démarche d’investigation.
L'opportunité de l'évolution des rythmes scolaires va nous permettre de développer des ateliers « nutrition-activité physique ». De quoi sensibiliser davantage les jeunes et essayer de toucher leurs parents !

Plus d'infos

http://www.ars.bretagne.sante.fr/